La bonne assurance

Qui dit nouveaux parents dit également nouvelles responsabilités. Dont celles de prévoir les bonnes couvertures assurances pour le bébé qui est en route. Cela semble être une évidence lorsqu’on y réfléchit un instant, mais rares sont les parents qui y pensent volontairement ou non. On ne pointera pas ici personne, car franchement, qui a envie de projeter les blessures et dangers que bébé va encourir sans oublier les sommes considérables que cela pourrait engendrer.

Les compagnies d’assurance semblent, à priori, penser à tout et n’attendent pas pour faire des offres attrayantes. Cependant, lorsqu’on s’y arrête un instant, on s’aperçoit que les couvertures ne sont pas toutes indispensables. Comme il existe aussi une forte divergence autant du côté des primes que des prestations Enfants-Adorables s’est penché sur le sujet pour vous permettre d’y voir plus clair et vous identifier les assurances obligatoires et recommandées.

La bonne assurance

Assurance-maladie avec la couverture accident

Autre qu’au Québec, un nouveau-né doit obligatoirement être assuré par l’assurance maladie de base suivant les trois (3) mois de sa naissance. Afin de se munir d’une couverture optimale, il est néanmoins préférable de souscrire à une assurance prénatale. Quant à l’assurance accident, celle-ci coûte que quelques sous de plus lorsque conclue au moment d’adhérer à une assurance de base. Suite à une étude suisse dans les années 90, l’assurance accident est devenue obligatoire pour les enfants, car il a été démontré que jusqu’à 16 ans, qu’il n’était pas rare pour un enfant d’être victime d’un accident impliquant l’intervention d’un médecin.

Assurance-complémentaire ambulatoire

Sans être obligatoire, cette assurance de santé est malgré tout importante pour vos enfants. Comme les frais dentaires peuvent rapidement déstabiliser un budget familial, l’assurance complémentaire ambulatoire intervient et prendre tout son sens. Les traitements successifs, les frais de transport, les appareils auxiliaires, etc. ne sont pas pris en charge par les assurances de base, mais couvertes en partie par celle-ci. Noter par contre que le pourcentage (%) qui vous sera remboursé ainsi que les montants maximaux alloués varient beaucoup d’un assureur à l’autre. Ce même pourcentage de remboursement, le montant maximal et l’âge limite de l’assurance devraient être vos critères déterminant lorsque viendra le temps d’arrêter votre choix.

Assurance capital-risque invalidité

Je ne connais pas grand monde qui peu se vanter d’être à l’abri de tout accident, surtout pendant l’enfance. De même que pour une maladie grave qui mènerait à de l’invalidité. Malheureusement la rente de l’assurance invalidité ne pallie pas à subvenir à l’ensemble des frais. C’est pourquoi les assureurs préconisent activement de souscrire à une assurance capital-risque en cas de maladie et/ou d’accident. Ainsi, en cas d’accident, les parents se garantissent d’un capital qui viendra couvrir les frais matériels et de réorientation scolaire et/ou professionnelle tout en compensant un éventuel manque à gagner. Noter que pour souscrire à ce type d’assurance, il faudra obligatoirement remplir une déclaration de santé. On vous recommande donc de souscrire le plus tôt à ce type d’assurance pour éviter tout refus dû à l’historique de problèmes que votre enfant risque de cumuler.

Assurance responsabilité civile privée

Qui dit enfant, dit incidents imprévisibles pouvant parfois amener des coûts plus ou moins élevés. On n’a qu’à penser à un bris de fenêtre causé par le ballon de foot, un vase de collection accroché lors d’une visite, etc. C’est dans de telles circonstances qu’intervient l’assurance responsabilité civile privée. Au même titre que l’assurance complémentaire, celle-ci n’est pas obligatoire, mais indispensable pour les familles. Incluant aussi une protection juridique passive, l’assurance sera une bonne couverture pour réduire au minimum les montants que vous aurez à verser à la personne heurtée.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Security Code: